Suivez l'actualité du festival
Rejoignez nous

Festival de court métrage
du 14 au 21 janvier 2012
Tél. 09 52 90 42 75
info[@]vaulxfilmcourt.com
www.vaulxfilmcourt.com
© Copyright 2006-2017

Association du Festival
du Film Court Francophone
de Vaulx-en-Velin
2001|2002|2003|2004|2005|2006|2007|2008|2009|2010|2011
 Vaulx-en-Velin
 Du 14 au 21 janvier 2012

Edition 2006 > Membres du Jury 2006 :

Cheick FANTAMADY CAMARA

Né le 12 mars 1960 à Conakry en Guinée, Cheick FANTAMADY CAMARA est un enfant, selon la prophétie annoncée à sa naissance, destiné à étudier.
Très impliqué dans la musique, les troupes théâtrales, le journalisme (fondateur du journal le « Colèah-presse ») et tous les mouvements de rassemblements entretenus par la Révolution, Cheick Fantamady Camara décide finalement de quitter Conakry en 1980 et  de se frayer un chemin pour une autre carrière : le cinéma, comme un appel devin vers le Septième Art.
Il signe en 1997 un documentaire consacré au Salon International de l'Artisanat de Ouagadougou (SIAO).
En 2000, son premier court métrage Konorofili a obtenu le Prix du Jury au Fespaco 2001.
Suit Bè KunKo (Nos problèmes), un court métrage fiction réalisé en 2004 qui décroche le prix Poulain d’argent de Yennega au Festival Panafricain de Cinéma de Ouagadougou (Burkina Faso) en 2005.
Cheick Fantamady Camara est en cours de production pour son premier long métrage Avis de tempête sur Conakry.

Johanna PEYRIN

Née le 20 juillet quelque part dans les années soixante-dix, Johanna PEYRIN passe son Bac Scientifique à Valence.
Elle abandonnera la voie des chiffres pour se consacrer à celle des Lettres et de l’Image.
Ancienne étudiante en Cinéma, Johanna Peyrin est aujourd’hui professeur de Lettres.
Elle travaille avec ses élèves de 6ème et 5ème sur la découverte et la critique du film et plus particulièrement sur le film court d’animation. Elle souhaiterait faire partager les spécificités de ce format à ses élèves qui n’y ont pas souvent accès : se servir du cinéma comme outil pédagogique, comme découverte, tout en restant fidèle à leur  programme scolaire (Le Moyen Age).
Durant ses études, Johanna Peyrin a également enfilé la tenue de cinéaste en réalisant trois courts métrages.
Bien décidée à emmener ses classes au Festival du Film Court Francophone, Johanna Peyrin se verra attribuer une autre mission pour cette 6ème édition, faire partie du jury.

Delphine RICHE

Pianiste, chanteuse, comédienne,… Delphine RICHE, en Terminale Littéraire, a plusieurs cordes à son arc !
Très impliquée dans de nombreuses activités culturelles et artistiques depuis le collège, c’est, arrivée en classe de seconde qu’elle commencera à manipuler la caméra lors d’ateliers audiovisuels.
Elle participe et réalise de nombreux courts métrages.
Elle fait également partie d’un projet de film tourné à l’Ile de la Réunion.
En 2004, elle commence un nouvel atelier encadré par Nicolas DAMON et Azzedine SOLTANI qui donne naissance à deux courts « Complexe » et « Faut dire ce qui est… ».
Participer au jury est une autre façon de prolonger son travail, « une expérience très enrichissante et très intéressante » dans l’univers cinématographique.

Alix PEILLON

Admise à l’Ecole Régionale des Beaux Arts de Saint Etienne en 2000, ce n’est que deux ans plus tard qu’Alix PEILLON aura son premier flirt avec le médium vidéo.
D’un cinéma plastique, musical, coloré ; de l’appréhension et de l’exercice du médium, Alix Peillon affine son projet pour passer à une pratique plus réfléchie et plus élaborée.
En effet, elle tend désormais vers le documentaire et plus particulièrement vers ce que l’on appelle « le documentaire de création ».
Tout juste diplômée des Beaux Arts en juin dernier, ses études ont consisté en une recherche et des questionnements sur la pratique de la danse amateur.
C’est autour de ce thème qu’Alix Peillon travaille actuellement : « projet de portrait d’un couple septuagénaire stéphanois ».

Mathias GOKALP

Né à Paris en 1973. Tout en suivant des études de lettres modernes à l’université de la Sorbonne (Paris 3), Mathias GOKALP réalise des films expérimentaux à petits budgets (Chromatiques, 1991 ; L’or des blés 1993). Il est admis à l’Insas, l’école de cinéma de Belgique en 1995, où il tourne un documentaire sur un jeune élu du Front National, Salvatore Nicotra (1998), puis son film de fin d’études, Rachid et Martha (1999), comédie musicale chantée et dansée. Il revient en France et réalise successivement Mi-temps, Le Tarif de Dieu et Le Droit chemin primé à Cannes, à Clermont-Ferrand, et à Vaulx-en-Velin où il remporte le prix du jury en 2005.
Parallèlement à ses activités de formateur et d’animateur d’ateliers pédagogiques, Mathias Gokalp réalise régulièrement des émissions scientifiques pour la Cinquième et travaille actuellement sur son projet de long-métrage « L’attachement ».

Jeanick LE NAOUR

Jeanick LE NAOUR est responsable de la Cinémathèque Africaine du Ministère Français des Affaires Etrangères. Lieu incontournable pour quiconque s’intéresse aux cinémas africains, la Cinémathèque met à la disposition des associations, institutions et établissements scolaires plusieurs centaines de documentaires, animations, courts et longs métrages de fiction réalisés par des cinéastes du continent africain depuis les années 60.
Chercheurs, étudiants, journalistes, professionnels du cinéma,… peuvent également visionner, consulter la documentation spécialisée et échanger des informations sur la production cinématographique d’Afrique sub-saharienne.
La présidence de Jeanick Le Naour au jury de l’édition 2006 est le prolongement d’une collaboration avec le Festival qui a commencé dès la première édition.

Olivier MAGIS

Né le 28 février 1978 à Woluwe-Saint-Lambert en Belgique, Olivier MAGIS intègre à 20 ans, l’Institut des Arts de Diffusion pour se consacrer à la réalisation cinématographique.
Ces quatre années d’études lui apporteront, en plus d’un enseignement complet, la possibilité de voyager (Chine, Liban, Côte d’Ivoire, Mauritanie,…) ainsi que de découvrir les plateaux de films au travers de stages et jobs.
Depuis 2004, Olivier Magis a travaillé sur de nombreux projets tel que « Our Dynamic Future » destiné au parc scientifique « Our Dynamic Earth » à Edimbourg en Ecosse. Il a notamment réalisé en 2004 un documentaire d’investigation sur l’évolution de la crise de la vache folle « Le secret des Dieux », 15 minutes d’une enquête qui révèle les dessous des véritables enjeux politiques et économiques qui ont motivé cette mise aux oubliettes médiatiques… Un court métrage primé 14 fois qui fait encore débat aujourd’hui…

 

Voir aussi :
:: Ouverture
:: Petite enfance
:: Enfants
:: Jeune public
:: Programme 1
:: Programme 2
:: Programme 3
:: Programme 4
:: Programme 5
:: Le Cinéma au Féminin
:: Du Coté du Québec
:: Regards sur le handicap
:: Palmarès
 

 

 
Réalisation bénévole CyberCité - www.cybercite.fr  +