Suivez l'actualité du festival
Rejoignez nous

Festival de court métrage
du 14 au 21 janvier 2012
Tél. 09 52 90 42 75
info[@]vaulxfilmcourt.com
www.vaulxfilmcourt.com
© Copyright 2006-2017

Association du Festival
du Film Court Francophone
de Vaulx-en-Velin
2001|2002|2003|2004|2005|2006|2007|2008|2009|2010|2011
 Vaulx-en-Velin
 Du 14 au 21 janvier 2012

Edition 2007 > Membres du Jury 2007 :

Jean Pierre THORN, réalisateur de documentaires

Nicole VOILAND, professeur, documentaliste

Naky Sy SAVANE, comédienne Ivoirienne star en Afrique

Namir Abdel MESSEEH, réalisateur

Andrée DAVANTURE, monteuse

Karim BENSALAH, réalisateur, Prix de la Francophonie pour son film « Le secret de Fatima » 

Ibrahim LETAIEF, réalisateur, Grand Prix du Festival du Film Vaulx-en-Velin 2006 avec « Visa, La Dictée »

Jean-Pierre Thorn

Né à Paris le 24 Janvier 1947, il débute en 1965/66 à Aix en Provence par des mises en scène théâtrales ("Les fusils de la mère Carrar" et "Ste Jeanne des abattoirs"  de Bertold Brecht). Il tourne son premier court-métrage en 1965 et son premier long-métrage en 1968 à l’usine occupée de Renault-Flins dans le cadre des productions des “Etats Généraux du Cinéma français”. En 1969 il abandonne le cinéma et se fait embaucher comme ouvrier O.S. à l'usine métallurgique Alsthom de St Ouen.
En 1978 retour au cinéma. Il est co-animateur de la distribution du programme de 10 films intitulé "MAI 68 PAR LUI-MEME". En 1980 il réalise son second long-métrage «Le dos au mur»  (témoignage de l’intérieur sur son expérience ouvrière). En 1989, sa première fiction «Je t’ai dans la peau» raconte le destin étonnant d’une femme, religieuse puis dirigeante syndicale, se suicidant au lendemain de la « victoire » de la gauche de 1981.
Depuis 1992 il collabore avec le mouvement hip hop et réalise 3 films, devenus emblématiques de cette culture : « Génération Hip Hop(1995) », « Faire kifer les anges (1996) »  et « On n’est pas des marques de vélo (2002)».
Son dernier documentaire « Allez Yallah ! », produit par J.J Beineix est sorti en salle en novembre 2006.

Nicole VOILAND

Enseignante au lycée professionnel Les Canuts à Vaulx-en-Velin. Convaincue de l’importance de confronter les élèves à l’image et à ses codes à travers la publicité, la presse, la BD, la TV, les films, la photo et utiliser ces supports comme langage autre que ceux habituellement proposés en milieu scolaire. En plus de son activité professionnelle, elle participe en 2005 à l’aventure cinématographique d’un atelier collectif avec un documentaire tourné avec des chômeurs dans des entreprises vaudaises intitulé « Portraits au travail (sur fond blanc) ».  Ce documentaire a été diffusé au Centre Charlie Chaplin en 2005 et  dans plusieurs festivals. Cet atelier continue à vivre actuellement  sous la forme d’une association créée en juin 2006 nommée « Grand Ensemble : atelier de cinéma populaire ; cette association a pour objectif la recherche, la production et la formation autour du cinéma documentaire.

Naky Sy SAVANE

Née en Côte d'Ivoire, Naky Sy SAVANE se fait tôt connaître sur les planches. Elle obtient une formation sur le tas grâce à la complicité de Saidou Boskoum, professionnel guinéen dans le théâtre. Elle ne tarde pas à convaincre le réalisateur Henri Duparc, qui l'engage dès 1988 pour tenir un rôle dans le film « Bal poussière », une comédie gaie et vive sur le sujet complexe de la polygamie.  Une collaboration fructueuse puisque Henri Duparc la retrouvera 2 ans plus tard pour son film « Sixième doigt ».
Naky a obtenu plusieurs prix dont 2 prix d'interprétation féminine en 1994 (Festival " Vue d'Afrique " à Montréal au Canada et Festival de Kouriba au Maroc.
En 1999, avec le film « La jumelle », elle obtient le " prix Unicef " au Fespaco et le prix " Témoins des jeunes artistes " à Milan en Italie.
On a pu la remarquer récemment à travers des prestations bouleversantes dans les films « Mooladé » de Ousmane  Sembène (Prix « Un certain regard » au Festival de Cannes 2004  et « La Nuit de la vérité » de Fanta Régina Nacro.
Elle poursuit son travail au théâtre parce que, avoue-t-elle "Le théâtre et le cinéma se complètent: j'y porte ma passion avant toute chose".

Namir Abdel MESSEEH

Namir Abdel Messeeh a obtenu un BTS audiovisuel avant d’entrer à la Fémis en section réalisation. Après « Quelque chose de mal »en 2004, sélectionné au Festival de Villeurbanne, Namir réalise le documentaire « Toi Waguih » un film troublant qui dresse le portrait de Waguih, son père, à travers son passé de prisonnier politique, et de ses 5 années passées dans les camps de Nasser. Ce film remportera notamment le Grand Prix des Rencontres du moyen métrage de Brive et le Prix du Jury du 6ème Festival du Film Court Francophone de Vaulx-en-Velin. Parallèlement à son métier de cinéastes, Namir intervient également en milieux scolaires sur des ateliers audiovisuels. Il travaille actuellement sur le développement de deux documentaires et un long métrage de fiction.

Andrée DAVANTURE

Après un début de carrière en tant qu’assistante monteuse (sur des films de Robert Hossein, Francis Blanche, Yves Allégret et René Clément notamment), Andrée DAVANTURE devient alors chef monteuse et travaille sur plus de 30 longs métrages.
Amoureuse de l’Afrique et de son cinéma, Andrée collabore avec Souleymane CISSE, Dikongué PIPA, Sega COULIBALY, Khaled GHORBAL, Assane KOUYATE, Gaston KABORE…
Récemment, on a pu la retrouvée sur le premier long métrage de Fanta Régina Nacro « La Nuit de la vérité » et « Le Prince » de Mohamed Zran pour lequel elle obtient le prix du meilleur montage lors du dernier FESPACO (Burkina Faso).

Andrée Davanture a également animé l'association ATRIA, relais auprès des professionnels français pour les cinéastes africains, ainsi que la maison de production Atriascop.

Karim Bensalah

Né en 1976, Karim Bensalah a entamé des études de Sciences économiques et de sociologie avant de rejoindre, en 1998, la London International Film School. Tour à tour acteur au théâtre, monteur et chef opérateur sur des courts-métrages, Karim Bensalah a réalisé cinq films courts depuis 1999 dont « Le Secret de Fatima » pour lequel il reçu notamment le Prix à la francophonie du 6ème FFCF de Vaulx-en-Velin et une mention spéciale au Fespaco 2005. Le public vaudais avait réservé à son film un accueil enthousiaste à travers cette œuvre engagée et dont le jury avait récompensé la réalisation sobre et maîtrisée. En 2004, il réalise le court métrage Racine(s) dans le cadre du film « Paris la métisse ». Il travaille actuellement sur le développement de son premier long métrage.

Ibrahim LETAIEF

Réalisateur, producteur, enseignant, Ibrahim LETAIEF s’est imposé comme un personnage incontournable de la vie cinématographique tunisienne. Fondateur de « Sud Ecriture », atelier de scénario à destination des auteurs du Sud et de l’Agence du court et documentaire Maghrébin qu’il préside également, Ibrahim a connu une reconnaissance internationale avec son film « Visa (La Dictée) », satire sociale sur les acrobaties les plus sophistiquées auxquelles sont contraints les Tunisiens pour obtenir un visa d’entrée en France.
Il connaît la consécration avec ce film en remportant en 2004 le Tanit d’or aux Journées Cinématographiques de Carthage. Il obtiendra également le Grand Prix à Vaulx-en-Velin en 2006.
Avec un long métrage en post-production et un en préparation, l’année 2007 s’annonce comme une année clé pour Ibrahim LETAIEF.

 

Voir aussi :
:: Ouverture
:: Petite enfance
:: Enfants
:: Jeune public
:: Familles
:: En compétition :: 1
:: En compétition :: 2
:: En compétition :: 3
:: En compétition :: 4
:: Le Vietnam Côté courts
:: Animation / Zorobabel
:: Sur les Traces du Polar
:: Dominique Pinon
:: Palmarès
 

 

 
Réalisation bénévole CyberCité - www.cybercite.fr  +